NOUVEAUX SUR LE SITE !!!!!!!!!!!!!!!!! Présentation du village* Nos grands hommes La Mairie Les services municipaux Les écoles Informations aux habitants Secours/Urgences Fêtes communales Actualités de la Commune Les associations/leurs programmes et actualités Hébergements/Tourisme La Loire et le canal Plan d'accès et contact Les commerces et services
Mairie de Marseilles-Les-Aubigny
3 rue du Port
18320 Marseilles-Les-Aubigny
tél : 02.48.76.44.99
fax : 02 48 76 01 33
courriel : marseilles@wanadoo.fr

Marseilles-les-Aubigny - Présentation du village*

Marseilles-lès-Aubigny, village d'eaux

Les fées se sont penchées sur le berceau de Marseilles-lès-Aubigny.

Caressé par la Loire dans son lit majeur, le village respire les humeurs du fleuve sauvage. Plus discrète, l’Aubois et son val sinueux s’insèrent entre coteau et village. Et puis il y a le canal latéral qui creuse son sillon, ouvrant Marseilles du sud au nord.

Oiseaux de toutes sortes, migrateurs ou sédentaires, castors au travail, échassiers patients, mouettes espiègles, toute une faune s’active le long de ces cours d’eau.

Toute cette eau a fait l’histoire de Marseilles-lès-Aubigny, son tissu économique et son caractère.

Calme, Marseilles-lès-Aubigny l’est assurément. De ce calme apaisant où l’ennui n’a pas de place. Car Marseilles vit, sans klaxons ni agitation stérile, une vie simple et plaisante.

Le centre bourg dispense ses commerces et services, complets autant qu’utiles. La périphérie accueille de coquettes habitations, toujours fleuries et soignées. Les installations municipales permettent aux associations de s’exprimer à l’aise.

Tous ces atouts font de Marseilles-lès-Aubigny un village particulier, où la première visite suscite le ravissement. Ses 700 habitants sont heureux de partager ce patrimoine.

Ces pages Internet vous permettront sans doute d’apprécier les qualités de Marseilles-lès-Aubigny car, ici, on sait ce que naviguer veut dire…

 

Haut de la page

Histoire

C’est la navigation, attestée très tôt, qui semble être à l’origine du peuplement de ce coin de val de Loire. Son origine gallo-romaine est Albiniacum, propriété d’un gallo-romain nommé Albinius. En ce qui concerne Marseilles, il s’agit probablement de Massalovico des pièces mérovingiennes trouvées au VIIème siècle.

Au IXème siècle, l’Evêque de Nevers, Hériman, consacre un sanctuaire à St-Aignan dont Aubigny est le siège. A partir du XIème siècle, Aubigny est desservi par des moines. En 1107, les Evêques de Nevers font don de la chapelle au prieuré de La Charité sur Loire. A cette époque, une bulle pontificale fait apparaître le nom d’Aubigny.

De son côté, le nom de Marseilles évolue au cours des siècles :

  • 1250 Marceaugles
  • 1450 Marceailles
  • 1620 Marseilles lez Aubigny sur Loire

La précocité de l’implantation humaine s’explique certainement par la confluence de l’Aubois et de la Loire. Aux abords de Marseilles-lès-Aubigny, la rive gauche est formée par des étendues basses et alluviales propices à l’installation.

Très tôt, les riverains ont engagé une lutte, devenue permanente, contre les crues du fleuve en aménageant des digues ou des levées, comme la levée d’Espagne, ainsi nommée parce qu’elle fut construite par des prisonniers espagnols du Régent, Philippe, Duc d’Orléans, entre 1715 et 1719.

Les crues de 1846, 1856, et 1866, sont restées gravées dans les mémoires. Elles ont suscité de grands travaux de consolidation des digues et levées.

La Loire est, dès l’origine, la principale source d’activité. Les premières embarcations, taillées dans des troncs d’arbres y ont navigué dès la préhistoire. Plus proches de nous, les gabares, chalands, toues ou autres futreaux l’ont sillonnée intensivement au moyen-âge, à la descente comme à la remontée. Elle a vu transiter sur ses eaux les épices d’Orient, les savons de Marseille, les soies de Lyon, les vins de Bourgogne, les faïences de Nevers, mais aussi le sel de Bretagne, les ardoises d’Angers et les poissons d’Angleterre.

L’Aubois, quant à elle, favorise l’installation d’activités artisanales et industrielles qui tirent profit de l’énergie hydraulique (moulins à grains, forges, fours à chaux). Voir, à ce sujet, les travaux de l’Association « Aubois, de Terre et de Feu ».

Le creusement des canaux au XIXème siècle va sonner le glas de la navigation de Loire, trop soumise aux caprices du fleuve. Un illustre habitant de Marseilles-lès-Aubigny, Auguste MAHAUT, dit « l’Apôtre des canaux », va vivre cette transition délicate puisque sa famille, à la tête d’une entreprise de transport sur la Loire, va développer une des plus importantes entreprise de transport sur les canaux. Il n’est que justice que le quai bordant le canal dans le centre-bourg porte son nom car il fût un infatigable défenseur de la cause des canaux.

Marseilles-lès-Aubigny a construit son essor autour du canal latéral à la Loire et du canal de Berry. Les multiples activités ont prit place dans l’actuel centre-bourg, sonnant le glas du « vieil Aubigny » qui est devenu un hameau où subsiste tout de même quelques bâtiments d’habitation et l’église que l’on peut voir sur la route qui mène aux Loges.

Jusqu'en 1950, c’est dans le port de Marseilles-lès-Aubigny que s’effectue le transbordement des marchandises entre les bateaux du canal de Berry et ceux du canal latéral. Se côtoient alors quotidiennement, les berrichons (26,60m x 2,60m), au gabarit du canal de Berry, les bâtards (30m x 5m) et les péniches « Freycinet » (38,50m x 5m), au gabarit du canal latéral.

Le chantier naval de François DESMOINEAUX, dès 1907, construit 35 berrichons, appelés aussi « berrichonnes » ou « moustachus ».

Mais dès 1918, le trafic sur le canal de Berry diminue, jusqu’à devenir nul en 1950. Sa fermeture en 1955 va porter préjudice au village et à ses nombreux commerçants et artisans (au nombre d’une quarantaine à cette époque).
Le trafic baisse également sur le canal latéral où le bureau d’affrètement enregistre une baisse considérable des frets qui passent de 400 à 200 en 1990. La fermeture de ce bureau intervient en 1996.

Les péniches ont été remplacées par les bateaux de plaisance. De 1974 à 1997, une base de location a permis à de nombreux néophytes de vivre le temps des vacancPont-levis du canal de Berryes la vie nomade des « canalous ».

Marseilles-lès-Aubigny ne renonce pas à son image si sympathique de village de bateaux. Les aménagements modernes construits pour la navigation de plaisance (halte-repos et pontons du port en 1992, reconstruction du pont-levis sur le canal de Berry en ses lieu et place d’origine), s’ils donnent aujourd’hui au village des allures de station de vacances, sont les outils de son développement économique autour du tourisme.

La singularité de Marseilles-lès-Aubigny comptera dans l’intérêt des touristes à découvrir cette région, structurée au sein du Pays Loire-Val d’Aubois, et la réalisation récente du tracé de « la Loire à vélo » permettra sans doute d’augmenter la fréquentation, pour le plus grand plaisir des randonneurs, touristes et habitants du village.

Ceux-ci, qui ont décidé de se nommer les « Marseillois », sauront développer leur village en y offrant les conditions d’une vie rurale, certes, mais disposant encore des commerces et services indispensables et d’un cadre de vie des plus agréables.

Haut de la page

D'hier à aujourd'hui

 

Haut de la page

Ligne chemin de fer MLA-LA GUERCHE

Haut de la page